CHASTREIX Puy-de-Dôme aux portes du Sancy

logo du site
  • CHASTREIX Puy-de-Dôme
  • CHASTREIX Puy-de-Dôme

Accueil du site > Tourisme > A découvrir : Monuments et curiosités

A découvrir : Monuments et curiosités

Eglise Saint-Bonnet

Une première église existe au XIème siècle.En 1060, Bernard III, seigneur de La Tour donna l’église de Chastreix au prieuré de Sauxillanges. Géraud II, son fils renouvela cette donation ; l’église était alors dédiée à Sainte-Marie.

La construction de l’église actuelle de type roman remonte au XIIIème siècle. Elle surprend par son aspect monumental, les dimensions intérieures sont de : 22.70m de longueur, 11.20m de large, 14m de hauteur ; les murs ont 1.33m d’épaisseur, les contreforts 1.90m à la base et varient de 1.63m 1.25m. A l’intérieur, une seule nef de quatre travées ; le chœur se termine par un mur droit percé de quatre fenêtres hautes ; la voûte est en croisées d’ogives peu marquées ; les arcs doubleaux s’achèvent sur des colonnes tronqués à l’extérieur desquelles grimacent 31 figures humaines. Eglise nef figurines Elle a été construite en lave grise, extraite des environs que le temps a patiné de taches rousses.

Elle comprend deux portes, l’une sur la façade ouest, l’autre côté sud ; celle-ci est plus ornée avec ses pentures d’époque, son verrou et sa curieuse serrure ronde. porte

Le clocher d’origine a été abattu par ordre du révolutionnaire Couthon (originaire de Tauves). Le clocher carré actuel a été reconstruit en 1826 ; la toiture refaite en 1956 est couvert de bardeaux de châtaignier. Il abrite quatre cloches ; l’une fut offerte en 1561 par Catherine de Médicis, régente de France ; une autre aurait été cassée pendant la Révolution et fondue sur place au lieu-dit « les Marjets » pour récupérer le bronze afin d’en faire des canons. Elle a été remplacée en 1913 ; sur cette cloche on peut lire « Je m’appelle Marie-Brigitte, je ris, je pleure, je chante et j’invite »

Eglise 1 Eglise 3

Elle a connu de nombreuses réfections :

  • 1828 : le clocher est reconstruit (écroulé ou abattu pendant la Révolution ?)
  • 1842 : Une partie de la toiture emportée par les intempéries
  • 1852 : Dommages causés par la foudre
  • 1873 et 1877 : Réparations sur le clocher
  • 1956 : Changement de la couverture du clocher
  • 1973 : Couverture de l’église
  • 2012 : Réfection de la toiture

Classement aux Monuments Historiques

  • L’église a été classée par décret du 7 Janvier 1907.
  • La cloche en bronze de 1561 a fait l’objet d’un classement définitif par arrêté du 29 Janvier 1910.

Ont été également classés :

  • Un reliquaire en argent du XVIIème siècle qui a disparu en 1965.
  • Une Vierge à l’Enfant du XIème siècle (Vierge noire) ; malheureusement cette Vierge à l’Enfant a été volée dans la nuit du 10 Juin 1983. Elle a été remplacée par une réplique.

vierge origine vierge actuelle

Le Monument aux Morts

Il a été érigé en 1923 grâce à une souscription auprès de la population.

monument aux morts

Le Roc de Courlande

Ce piton rocheux surplombe la route qui conduit à la station de Chastreix Sancy. Un sentier jalonné de statues de la Vierge mène au sommet.

courlande roc C’est en 1958 que l’abbé Plane curé de Chastreix décide de faire reproduire des statues de la Vierge de la Salette sur ce site. Une croix sera érigée en haut en haut du roc. Guy Martin avec son tracteur un Pony la montera au sommet aidé par les jeunes du village.

Courlande croix

Les socles des trois statues seront construits par Hyppolite Bonnet ; elles y seront déposées et un pélérinage avait lieu le troisième dimanche de Juillet.Mais il sera abandonné en 1997 à la suite d’un violent orage qui a mis en péril la sécurité des paroissiens. La restauration de ces trois statues est en cours.

Courlande vierge

Ecole

C’est en 1906 qu’émerge le projet qui donnera naissance à l’école actuelle. Le conseil municipal de construire l’école sur un terrain communal en limite du village. L’architecte retenu est M. PICARD installé à Bagnols. C’est M. Antoine Chomette entrepreneur à Saint-Etienne des Champs qui est chargé des travaux. Les travaux débutent en Avril 1911 mais suite à des problèmes liés à la structure du sol le bâtiment sera légèrement déplacé. La construction reprend en Mai 1913 et achevée en Mai 1914.

Château de Labro

Chateau

Un poste de guet était situé sur la crête de Labro, permettant de communiquer avec Hussamat et La Tour. Du Xe au XVIe s une équipe de soldats de la baronnie surveille la vallée de la Dordogne depuis une tour du château, puis du XVIIe au XIXe il est agrandi et habité par différentes familles nobles de la région : les Neyron, les Dumas de Chalandrat, enfin les Laizer.

La tour ouest actuelle daterait du XIIIe, l’habitation centrale est du XVIIe. La partie est, avec une seconde tour, forme le pendant du côté ouest. Elle a été bâtie au XIXe s pour créer une résidence d’été. Le propriétaire, le marquis de Laizer, fait capter une source au Sancy. L’eau est acheminée par une conduite en pierre jusqu’à la fontaine de la ferme et à un bassin d’agrèment situé sur la terrasse.

L’originalité de ce petit château vient de ce que ses tours défensives sont dirigées vers le nord. En effet Labro contrôlait les passages sur une très ancienne route de crête que l’on empruntait jadis à la bonne saison pour aller, au plus court par la montagne, de Latour à Besse en passant par Baffaud, la Fontaine Salée.



Site réalisé avec la solution Web-collectivités de l'ADeP basée sur SPIP